pexels-sunyu-kim-3042058

Un magasin de contrefaçons pris en flagrant délit à Dortmund

Début février, la police a fermé un magasin de vêtements illégal à Dortmund, qui avait ouvert malgré le confinement et qui vendait des contrefaçons. Les fonctionnaires ont également surpris plusieurs clients potentiels la main dans le sac.
 



Un magasin vestimentaire illégal fermé par la police

Auteur: Marlene Ende, Head of Marketing chez tesa scribos

Les fonctionnaires de la police locale ont fermé le 1er février dans le Nord de Dortmund un magasin de vêtements illégal, qui avait ouvert malgré les restrictions en vigueur liées à l'épidémie et vendait des contrefaçons de vêtements de marque.

Il a été indiqué que les autorités ont été averties par un témoin qui avait observé le trafic. Lors de l'arrivée de la police sur le lieu d'intervention, les agents ont déjà trouvé devant la porte du bâtiment fermée diverses étiquettes de prétendus vêtements de créateurs. Munis d'une décision judiciaire de perquisition, les officiers de police ont pénétré dans un bâtiment annexe où ils ont découvert un espace provisoire de vente de vêtements à l'étage supérieur. Des crochets sur les murs avaient permis de transformer les locaux en magasin vestimentaire illégal.

La police a également trouvé douze clients potentiels originaires de Bochum, Essen, Castrop-Rauxel et Solingen. Les hommes âgés de 15 à 36 ans étaient en train d'essayer des vêtements ou les avaient déjà achetés. Ils ont été renvoyés du magasin, les vêtements déjà achetés ont été repris par les fonctionnaires et la police vérifie également s'il y a eu infraction aux règles liées au coronavirus. C'est ce qu'a déclaré Kristina Purschke, porte-parole de la police.

Sur une cinquantaine de mètres carrés au total, les agents ont trouvé et saisi des contrefaçons de vêtements qui enfreignaient les droits des marques de designers renommées. Une inspection plus approfondie des marchandises confisquées a confirmé qu'il s'agissait de plagiats. L'enquête se poursuit ; l'exploitant du magasin doit, entre autres, répondre de fraude fiscale et d'infractions à la loi sur la protection des marques, selon les autorités.

En savoir plus

Source:

Police de Dortmund, Ruhr Nachrichten

En savoir plus

Vous avez des questions ou des suggestions sur le sujet ? Contactez-nous !

Par e-mail yourproductstalk@tesa-scribos.com ou par téléphone au +33 (0) 9 80 09 04 37.​​​​​


Articles recommandés