tesa scribos blog Alibaba initiative
L'AACA d'Alibaba remporte des succès – malgré le recul des contrefaçons saisies

L'AACA d'Alibaba remporte des succès – malgré le recul des contrefaçons saisies

Alibaba Anti-Counterfeitung Alliance annonce avoir saisi en 2018 des marchandises piratées pour une valeur d'un demi-milliard d'euros. Néanmoins, bien moins d'actions ont été soutenues que l'année précédente – et le géant chinois d'Internet continue à faire l'objet de critiques.



Alibaba présente les chiffres de 2018

Auteur: Elena Bose, International Communications Manager chez tesa scribos

Le géant chinois de l'e-commerce Alibaba vient d'annoncer de nouveaux succès dans la lutte contre les contrefaçons sur ses plateformes en ligne : l'année précédente, l'AACA (Alibaba Anti-Counterfeiting Alliance) a atteint des saisies de contrefaçons d'une valeur d'environ un demi-milliard d'euros (536,2 millions de dollars américains). En outre, à l'initiative de l'AACA, plus de 500 ateliers de production et de vente de contrefaçons présumées auraient fermé, et plus de 1200 suspects auraient été arrêtés. Le groupe enregistre ainsi un net recul par rapport à l'année précédente : selon ses propres données, Alibaba avait contribué en 2017 à dénicher près de 1330 ateliers de production illégaux et permis l'arrestation d'env. 1600 suspects.

Alibaba est fier d'annoncer : « L'AACA sert désormais de référence et de modèle pour la protection des marques en Chine et dans le monde entier », selon le Vice-Président exécutif d'Alibaba Michael Yao. Il a indiqué que la collaboration au sein de l'industrie est le seul moyen de lutter contre le commerce des contrefaçons.

Malgré les efforts de l'AACA, Alibaba a été début avril encore une fois la cible de critiques publiques : le Président américain Trump avait signé un mémorandum contre le commerce des contrefaçons, qui selon le Directeur du Conseil national du commerce de la Maison Blanche Peter Navarro, pouvait être considéré comme un avertissement explicite destiné aux places de marché en ligne Alibaba, Amazon et eBay. Ce dernier indiquait qu'il relevait du devoir des plateformes de lutter davantage contre les contrefaçons : « Vous avez pour rôle de surveiller ces agissements et si vous ne vous en occupez pas, le gouvernement s'en chargera. »

L'année précédente, Alibaba s'était encore défendu contre la mention de son nom sur la Liste des « Notorious Markets » du Représentant américain du commerce (USTR), qui identifie les places de marchés sur lesquelles les lois de propriété intellectuelles ne sont pas respectées. Le Bureau de l'USTR avait alors notamment dénoncé d'importantes lacunes dans la mise en place de mesures de protection. Amazon a également déjà été mentionné pour ce prix négatif.

Selon Alibaba, l'AACA associe l'expertise de secteur des fabricants participants au savoir-faire technique, afin de lutter contre les contrefaçons sur les places de marché en ligne d'Alibaba. L'AACA rassemble en tout 132 membres issus de secteurs les plus divers, dont des fabricants réputés comme les groupes technologiques 3M et Siemens, ou les entreprises pharmaceutiques Bayer et Pfizer. Des groupes automobiles comme Ford et Volkswagen, des fabricants de sport et de mode tels qu'Adidas et Louis Vuitton, ainsi que de nombreux fabricants issus des secteurs cosmétique, alimentaire et informatique, font partie de l'Alliance.

En savoir plus

Vous avez des questions ou des suggestions sur le sujet ? Contactez-nous !

Par e-mail
yourproductstalk@tesa-scribos.com ou par téléphone au +33 (0) 9 80 09 04 37.