Lutter contre les produits alimentaires contrefaits

Lutter contre les produits alimentaires contrefaits

Lait en poudre toxique, riz en plastique, faux œufs, les produits alimentaires contrefaits mettent les consommateurs en danger et ont des répercussions négatives pour les fabricants d'origine. Mais il est difficile de lutter contre les contrefacteurs. Voici comment les propriétaires de marques peuvent protéger leurs produits d'origine et leurs clients.



Les contrefacteurs de produits alimentaires sont rarement inquiétés

Auteur : Elena Bose, Online & PR Manager chez tesa scribos
En savoir plus
tesa SE
Ce sont de vrais grains de riz ou des grains de riz en plastique ? Les contrefaçons ne sont pas toujours reconnaissables au premier coup d'oeil.

Jusqu'à présent la contrefaçon de produits alimentaires et de compléments alimentaires concernait principalement l'Asie. Cette problématique est devenue publique depuis le scandale du lait en poudre contrefait en Chine. En 2008, plusieurs nouveau-nés sont morts après avoir consommé du lait en poudre contrefait qui avait été mélangé avec des produits chimiques.

Mais désormais, cela ne concerne plus uniquement les produits alimentaires pour bébés. Des cas de riz en plastique et même de faux œufs ont été signalés. De même, cette problématique ne concerne plus uniquement l'Asie mais elle s'étend bien plus loin, notamment en Europe .

Récemment, on a découvert 50 ateliers de fabrication en Chine qui ont fabriqué de fausses sauces soja et de faux vinaigres de grandes marques. Ces ateliers ont imité des marques mondialement connues telles que Nestlé et Knorr. Les contrefaçons contenaient des substances dangereuses telles que des sels industriels et des colorants artificiels. Bien entendu, tout est mis en œuvre pour fermer ces ateliers le plus vite possible. Mais c'est une tâche difficile comme le montre l'exemple actuel : certains de ces ateliers produisaient depuis plus de 10 ans déjà !

Cela montre bien que la fermeture différée des ateliers de production des contrefacteurs ne suffira pas à résoudre le problème. Comment les fabricants de marques peuvent-ils protéger efficacement leurs produits d'origine et leurs consommateurs ? On ne peut apparemment pas empêcher les contrefacteurs de contrefaire des produits alimentaires de marques connues. Mais admettons que les contrefacteurs ne trouvent plus aucun acheteur pour leurs contrefaçons : Ils ne pourraient plus écouler leur marchandise et seraient obligés d'arrêter définitivement la production, car sans vente, pas de profit. Comment mettre cela en pratique ?

En savoir plus

Rendre les produits alimentaires contrefaits reconnaissables et donc invendables

tesa SE
On doit pouvoir distinguer clairement les produits alimentaires originaux des contrefaçons.

La plupart du temps, les acheteurs, commerçants ou consommateurs finaux, achètent des contrefaçons en pensant acheter le produit original. Ignorant qu'il s'agit, en réalité, de contrefaçons de mauvaise qualité, voire dangereuses. Cela n'a rien de surprenant car au premier coup d'œil, la contrefaçon et le produit original se ressemblent à s'y méprendre.

Il faudrait donc pouvoir distinguer le produit original de la contrefaçon grâce à un marquage spécifique. Les marquages de sécurité physiques tels que les étiquettes de sécurité sur le produit ou son emballage, y sont particulièrement adaptés. Une étiquette de sécurité comportant des informations exclusives sera apposé sur chaque produit alimentaire. Ce marquage individuel à chaque article garantit la traçabilité de l'identité du produit. Un produit qui ne porte pas ce marquage est manifestement un produit non autorisé ou une contrefaçon. Il est important que la technologie utilisée pour les marquages ne soit pas accessible aux contrefacteurs. (Plus d'informations à ce sujet dans l'un de nos posts.) Pour se protéger contre le remplissage d'emballages de produits déjà utilisés (Re-Filling), il est possible d'utiliser des bandes adhésives de sécurité et des étiquettes d'inviolabilité.

Pour que ce concept de sécurité soit efficace, il faut mettre en place une stratégie de communication. Idéalement, chaque maillon de la chaîne d'approvisionnement, de la production aux consommateurs finaux en passant par les commerçants et les douaniers, sera informé sur la façon de vérifier l'originalité d'un produit. Le rattachement des étiquettes de sécurité à un système de vérification en ligne permet aux propriétaires de marques de collecter des données importantes sur les marques : À quelle heure l'originalité d'un produit a-t-elle été confirmée ? Où a-t-on identifié des produits suspects ? Ces données géographiques peuvent être utilisées pour envoyer des enquêteurs sur place et fermer des ateliers de production.

La combinaison du marquage de sécurité, de la stratégie de communication et de la transparence du marché permettra de s'attaquer au problème à sa source. Les contrefacteurs ont du mal à vendre leurs marchandises. Le commerce des contrefaçons n'est plus lucratif et perd de son attractivité. Les propriétaires de marques parviennent ainsi à protéger leurs produits originaux et donc leurs clients.

En savoir plus
Vous avez des questions ou des suggestions sur le sujet ? Contactez-nous !

Par e-mail [brandprotection@tesa-scribos.com] ou par téléphone au +33 (0) 9 80 09 04 37.

En savoir plus