En guerre contre les contrefacteurs : Amazon, eBay et Alibaba agissent

En guerre contre les contrefacteurs : Amazon, eBay et Alibaba agissent

Les géants du commerce en ligne Amazon, eBay et Alibaba lancent des programmes anti-contrefaçon : des stratégies de protection bien pensées ou juste une goutte d’eau dans l’océan ?



Le commerce illégal des contrefaçons sur Internet est en ligne de mire

Auteur : Elena Bose, Online & PR Manager chez tesa scribos
En savoir plus
tesa SE
Apple estime que 90 % des chargeurs d’iPhone vendus sur Amazon sont des contrefaçons.

La mondialisation et la forte croissance du commerce en ligne rendent difficile la lutte contre les contrefaçons. Les plate-formes de vente en ligne comme eBay, Alibaba et Amazon proposent un grand nombre de produits illégaux et de contrefaçons. Le public s’intéresse de plus en plus à la question des contrefaçons.

C’est ce que ressentent notamment les géants de l’e-commerce, car certains détenteurs de marque réagissent en conséquence. Comme par exemple Birkenstock : Le fabricant de marque allemand a cessé la vente de ses produits originaux via Amazon aux États-Unis. Plus récemment, Amazon s’est trouvé sous pression lorsqu’Apple a annoncé que 90% des chargeurs Apple vendus sur Amazon étaient des contrefaçons.

Le concept de réussite d’Amazon repose sur ce que l’on appelle l’Amazon Marketplace. Les commerçants peuvent s’y inscrire et vendre eux-mêmes leurs produits. Le client profite de prix compétitifs et de délais de livraison rapides. Mais le risque est évident : avec plus de 60 000 commerçants internationaux, il est difficile de vérifier si les produits proposés sont réellement autorisés ou non.

Au cours des derniers mois, les géants du commerce en ligne ont réagi : eBay a commencé avec un programme anti-contrefaçon, suivi d’Alibaba. Puis Amazon aussi a annoncé vouloir lutter contre la vente de produits falsifiés.

Comment Amazon lutte contre la contrefaçon ? Et faut-il s’attendre à de véritables progrès ?

En savoir plus

Amazon Transparency : une stratégie bien pensée ou une goutte d’eau dans l’océan ?

L’objectif d’Amazon est clair : Amazon Marketplace ne doit plus permettre la vente illégale de contrefaçons. Concrètement, Amazon aimerait que les boutiques et commerçants suspects puissent être bloqués rapidement et facilement. Le programme anti-contrefaçon porte le nom Transparency.

La plate-forme appelée Amazon Brand Registry offre par exemple aux détenteurs de droits la possibilité de télécharger les documents concernant leurs droits de marque et de propriété intellectuelle. Ainsi, les commerçants en fraude pourraient être bloqués et poursuivis en justice.
Toutefois, la manière de marquer les produits originaux reste difficile. Le programme prévoit que chaque marque participante acquière chez Amazon des codes alphanumériques à 26 caractères et les appose sur ses produits. Ainsi, chaque article porte un numéro d’article imprimé unique. Après une phase de transition, tous les produits portent les codes de série, les produits qui n’en ont pas - par ex. les contrefaçons - ne seront plus acceptés par Amazon et ne pourront plus être vendus.

Par ailleurs, pour des marquages uniquement imprimés, nous appelons à la prudence dans notre article « Comment sécuriser les marquages imprimés des produits ». Car les numéros imprimés peuvent facilement être copiés ou reproduits.

Les questions majeures demeurent :

  • Est-il réaliste d’espérer que chaque article original vendu sur Amazon reçoive un code ?
  • Comment l’originalité sera-t-elle vérifiée auprès des grossistes si le détenteur de marque ne travaille pas du tout avec Amazon ?
  • Comment garantir que le générateur de codes ne soit pas piraté et que des codes valides ne soient pas revendus sur le réseau ?
  • Les contrefaçons sont souvent vendues via des canaux louches sur des milliers de portails. Même si un portail suspect est bloqué, comment garantir que dix nouveaux commerçants surgissent parmi plus de 60 000 ?

Depuis le début de l’année, le projet est en phase pilote aux États-Unis. Il reste à voir son efficacité. Nous vous tiendrons au courant. Amazon aussi semble conscient que son combat contre les contrefacteurs est un projet immense, le vice-président d’Amazon Marketplace, Peter Faricy, a déclaré :

« Je ne pense pas que ce soit le genre de chose qui aboutisse réellement un jour, c’est un chemin. »

En savoir plus
Vous avez des questions ou des suggestions sur le sujet ? Contactez-nous !

Par e-mail [brandprotection@tesa-scribos.com] ou par téléphone au +33 (0) 9 80 09 04 37.

En savoir plus