Classement mondial : quels pays sont équipés contre le commerce illicite ?

Classement mondial : quels pays sont équipés contre le commerce illicite ?

Une nouvelle étude a analysé dans quelle mesure plus de 80 pays dans le monde sont équipés pour lutter contre le commerce illicite. La Finlande a obtenu la meilleure note et 5 pays européens sont classés dans le top 10. En revanche, le Proche-Orient et l'Afrique notamment présentaient de grandes failles.



84 pays examinés à la loupe

tesa SE
En moyenne, les pays de l'espace économique européen sont en tête de classement.
Auteur : Elena Bose, Online & PR Manager chez tesa scribos

Au total, 84 pays ont été examinés pour l'étude Illicit Trade Environment Index : 34 en Europe, 21 dans l'espace Asie-Pacifique, 19 sur le continent américain et 10 au Proche-Orient et en Afrique. Dans cette étude, TRACIT (Transnational Alliance to Combat Illicit Trade) et EIU (Economist Intelligence Unit) ont analysé à l'aide de 4 critères clés la politique du gouvernement, la transparence et le commerce, le cadre douanier ainsi que l'offre et la demande, les capacités de ces pays à se protéger contre le commerce illicite.

Les pays européens s'en sont très bien sortis avec une moyenne de 68 points sur 100, suivis par l'espace économique Asie-Pacifique (56 points), l'Amérique du Nord et du Sud (54 points) et le Proche-Orient et l'Afrique (50 points) qui ferment la marche. Si l'on détaille pays par pays, 6 pays européens sont rentrés dans le top 10. Hong Kong a créé la surprise en obtenant 78,4 points et en se classant au 12e rang bien que la région administrative spéciale chinoise soit souvent critiquée pour être le pays d'origine de nombreuses contrefaçons.
Selon l'EIU, les causes des mauvais résultats des pays les moins bien classés sont multiples. Ils ont pourtant une caractéristique commune : la qualité médiocre de leurs institutions publiques. Le nouvel indice doit aider les décideurs politiques dans le monde à mieux comprendre les conditions politiques et économiques qui favorisent le commerce illicite.


« Les flux commerciaux illicites nuisent aux gouvernements qui perdent des recettes fiscales ainsi qu'aux entreprises qui perdent des recettes à cause du commerce des contrefaçons et copies pirates », expliquent l'EIU et TRACIT dans leur dernier rapport. « Ils sont également dangereux pour les consommateurs qui sont exposés à des produits de moindre qualité et non contrôlés et dont la santé est mise en danger par des médicaments contrefaits et de l'alcool frelaté. »
Dans un rapport complet, TRACIT présente des mesures que les gouvernements peuvent prendre pour s'attaquer de manière ciblée au commerce illicite. Les mesures suivantes font partie des propositions : le renforcement des mesures de poursuite pénale, l'uniformisation des peines pour la contrefaçon de marques et de produits et la gestion améliorée des zones de libre-échange.
En plus d'une base juridique forte, la mise en place d'un concept de sécurité physique pour permettre aux entreprises de protéger leurs propres produits ainsi qu'une communication anti-piraterie ciblée sont essentielles. Les experts des solutions de sécurité de tesa scribos et les experts en communication de Karg et Petersen vous offrent leur soutien dans ces domaines.
En savoir plus

Les dix pays les mieux classés 2018 :

  • Finlande (85,6)
  • Royaume-Uni (85,1)
  • États-Unis d'Amérique (82,5)
  • Nouvelle-Zélande (82,3)
  • Australie (81,0)
  • Suède (80,9)
  • Autriche (80,5)
  • Pays-Bas (80,0)
  • Danemark (79,3)
  • Allemagne (78,9)
En savoir plus

Les dix pays les moins bien 2018 :

  • Trinidad et Tobago (38,0)
  • Ukraine (37,8)
  • Belize (34,7)
  • Kirghizistan (33,5)
  • Cambodge (30,6)
  • Venezuela (28,1)
  • Laos (26,8)
  • Myanmar (22,6)
  • Irak (14,4)
  • Libye (8,6)
En savoir plus
Vous avez des questions ou des suggestions sur le sujet ? Contactez-nous !

Par e-mail [brandprotection@tesa-scribos.com] ou par téléphone au +33 (0) 9 80 09 04 37.

En savoir plus

Sources

The Economist Intelligence Unit, World Trademark Review

Article en coopération avec l'Anti-Piracy Analyst, édition de juin 2018

En savoir plus