Campagne de prévention : contrefaçons en automobile

Campagne de prévention : contrefaçons en automobile

L’Office de la propriété intellectuelle du Royaume-Uni a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation pour lutter contre la contrefaçon de pièces détachées automobiles. L’autorité bénéficie notamment du soutien des constructeurs automobiles allemands Audi et BMW.



Campagne de sensibilisation

Auteur : Marlene Ende, International Product & Market Manager at tesa scribos
En savoir plus
L’Office de la propriété intellectuelle du Royaume-Uni (UKIPO) a lancé une nouvelle campagne pour avertir les consommateurs des graves dangers que représentent les pièces détachées automobiles de contrefaçon. En plus des diverses institutions gouvernementales et des groupes d’intérêt de l’industrie, de nombreuses entreprises sont également impliquées dans la campagne inter-agences et inter-industries. Par exemple, les plateformes de commerce en ligne comme Amazon et eBay ainsi que les constructeurs automobiles allemands Audi et BMW. L’objectif déclaré de la campagne consiste à sensibiliser les clients au problème de la contrefaçon et de leur fournir des conseils avisés pour éviter la copie.

« Les pièces automobiles de contrefaçon peuvent représenter un risque sérieux aux conséquences potentiellement mortelles », explique Ros Lynch, Director of Copyright and Enforcement à l’UKIPO. « Les criminels qui produisent des pièces automobiles de contrefaçon ne se préoccupent pas du tout de la sécurité publique. »
L’équipe de protection de la marque Audi confirme également le fait que près de tous les produits sont imités illégalement dans l’industrie automobile. « Les faussaires ne sont pas difficiles », expliquent les experts. Outre les produits de style de vie comme les porte-clés, les pièces importantes pour l’entretien tels que les filtres à huile et à air ainsi que les pièces importantes pour la sécurité tels que les systèmes d’échappement, les plaquettes de frein, les pare-chocs et les airbags sont également contrefaits et proposés à des prix attractifs à des clients qui ne se doutent de rien.
En savoir plus

Les pièces contrefaites sont généralement de qualité inférieure

tesa SE
Les sites Web des faussaires ont souvent une apparence trompeuse.

Ces copies illégales sont souvent réalisées à partir de matériaux de qualité inférieure et sans contrôles de qualité suffisants, de sorte que ces bonnes affaires supposées peuvent rapidement conduire à des accidents graves et à des dommages au véhicule. « C’est le mauvais endroit pour économiser de l’argent. En fin de compte, le principal, c’est la sécurité de votre voiture et de votre propre vie », souligne Serhyi Jewtymowycz, Brand Protector chez Audi. Cette situation est démontrée dans un test de performance BMW réalisé par l’entreprise dans le cadre de la campagne de l’UKIPO afin de présenter les risques de sécurité associés à la contrefaçon.
Pour de nombreux clients, l’identification des produits de contrefaçons constitue cependant un défi majeur, en particulier en ce qui concerne les offres sur Internet. En effet, les sites Web des faussaires présentent souvent une apparence réelle et professionnelle trompeuse, explique l’équipe de protection de la marque Audi.

C’est ici qu’intervient la campagne de sensibilisation de l’UKIPO, qui fournit désormais aux clients une assistance pratique lors de l’achat de pièces détachées automobiles. Cette campagne contient à la fois des conseils permettant d’éviter la contrefaçon et des informations sur les étapes importantes à suivre lorsque les clients ont été victimes de la contrefaçon de produits. L’offre est complétée par les articles du blog d’Audi, dans lesquels l’équipe de protection de la marque présente son travail dans la lutte contre la contrefaçon de produits et offre des conseils concrets sur la façon dont les clients peuvent identifier les pièces automobiles contrefaites.

L’UKIPO considère la campagne comme une véritable opportunité : « La coopération entre le gouvernement, l’industrie et les autorités judiciaires nous donne l’occasion d’attirer l’attention, de changer le comportement des consommateurs et de retirer ces produits dangereux du marché », se réjouit Ros Lynch.

En savoir plus
Vous avez des questions ou des suggestions sur le sujet ? Contactez-nous !

Par e-mail [brandprotection@tesa-scribos.com] ou par téléphone au +33 (0) 9 80 09 04 37.

En savoir plus

Sources

Anti-Piracy Analyst / Digitalcommerce360.com, The Atlantic, FashionNetwork.com, E-Commerce News Europe

Article en coopération avec l'Anti-Piracy Analyst, édition d’août 2018

En savoir plus